L’Education au patrimoine à l’école

L’éducation au patrimoine bâti ou naturel, à son histoire et à ses métiers, est partie intégrante de l’éducation artistique et culturelle des élèves ; c’est un enjeu d’éducation citoyenne et de contribution à la préservation de cette richesse commune. Elle s’inscrit comme un des cinq axes prioritaires réaffirmés de l’acte II du nouveau plan interministériel ‘À l’École des arts et de la culture’, mis en oeuvre à la rentrée 2018.

Vademecum Connaître le patrimoine
Télécharger le Vademecum « Connaître le Patrimoine de proximité »

Lire la page et accéder aux ressources éduscol Enjeux de l’éducation au patrimoine 

Chaque année, à l’école maternelle et élémentaire, parmi les 2 temps forts culturels, est préconisée la visite d’un lieu ou monument patrimonial de l’environnement proche (château, église, lavoir, calvaire, patrimoine industriel, mais aussi d’un lieu de patrimoine naturel, etc.) ou la découverte d’un patrimoine immatériel (forme artistique traditionnelle, artisanat, gastronomie, fête et tradition locales, etc.) par une approche active, à la fois sensible et raisonnée pour mieux s’inscrire dans un environnement, en mesurer la profondeur historique et sociale.

> Lire la page éduscol  « Eduquer au patrimoine de proximité à l’école élémentaire »

> Guide Enseigner le patrimoine de proximitéréalisé en collaboration avec l’Institut national d’histoire de l’art (Inha). > Lexique – INHA

Télécharger les grilles de lecture de bâtis ou de tout ensemble architectural, patrimonial ou contemporain / Référencement de sites dédiés au patrimoine… : Accéder à la page ressources

Vers > Programmes d’actions – éduquer au patrimoine

Vers > Dispositifs d’éducation au patrimoine en Gironde / structures partenaires

> POP : la Plateforme Ouverte du Patrimoine (Ministère de la culture) : Rechercher parmi plus de 3 millions de contenus numériques !

Lien Permanent pour cet article : https://blogacabdx.ac-bordeaux.fr/arts33/2020/04/06/education-au-patrimoine/

Le PEAC ?…

Le Parcours d’éducation artistique et culturelle est composé des trois piliers indissociables qui permettent à chaque élève de développer son propre cheminement culturel personnel tout au long de sa scolarité :
.  « Je suis à l’oeuvre » : l’expérience artistiquede multiples PRATIQUES régulières dans différents domaines de la création,
.  « L’oeuvre et l’art me parlent » : l’expérience esthétiquedes RENCONTRES diversifiées d’oeuvres, d’artistes, de lieux et de professionnels des arts et du patrimoine,
. « Je parle des oeuvres et de ma pratique » : l’expérience culturelle et réflexive = l’acquisition progressive de CONNAISSANCES dans le cadre des enseignements et de projets spécifiques > Exemples.

Pour favoriser la généralisation de l’éducation artistique et culturelle, l’acte II du plan interministériel À l’École des arts et de la culture affirme 5 axes prioritaires (> Télécharger la Feuille de route).

Dans sa classe et en équipes d’écoles, organiser et structurer des actions d’EAC qui participent à cet enrichissement progressif, programmer et harmoniser les différentes expériences vise à assurer la continuité et la cohérence de l’éducation artistique et culturelle sur l’ensemble de la scolarité de l’élève de l’école au lycée.

(…) Il s’agit de diversifier et élargir les domaines artistiques abordés à l’école en ouvrant le champ de l’expérience sensible des domaines de la création et du patrimoine.

> Pour en savoir plus et télécharger le guide pour la mise en œuvre du parcours d’éducation artistique et culturelle :

. Extrait de Eduscol, site du ministère de l’Education nationale : Le parcours d’éducation artistique et culturelle

L’EAC dans le département de la Gironde

> Textes officiels EAC, charte et référentiel

> Outils et ressources pour concevoir une programmation et mettre en œuvre le PEAC

Lien Permanent pour cet article : https://blogacabdx.ac-bordeaux.fr/arts33/2019/03/29/introduction-au-peac/

Le tour du jour en quatre-vingts mondes

Sylvie Blocher, Change the Scenario, 2013. Centre national des arts plastiques. © Adagp, Paris, 2020 / Cnap

Du 26 novembre 2020 au 22 février 2022

Empruntant son titre à un recueil de textes de Julio Cortázar, l’exposition Le Tour du jour en quatre-vingts mondes se propose de revisiter les œuvres majeures du Capc Musée d’art contemporain de Bordeaux sous l’angle de systèmes de représentation renouvelés du monde.

À l’instar de la plupart des collections européennes, celle du Capc s’est construite et développée sur un socle masculin, européen et, plus largement, occidental, alors même que l’histoire de la ville de Bordeaux est ancrée depuis le XVIIe siècle dans ses rapports commerciaux et culturels avec l’Afrique, l’Asie et les Amériques.

À une époque où les contextes culturels, sociaux et politiques conditionnent l’interprétation du spectateur comme de l’historien de l’art, il devient désormais essentiel de porter un nouveau regard sur les collections publiques, qui se doivent d’acter le passage à un monde multipolaire et remettre en lumière un ensemble d’artistes dont l’importance, pour diverses raisons, a été minorée par une histoire occidentale de l’art. Le mouvement de décentrement culturel sans précédent auquel nous assistons depuis plusieurs décennies, mais dont nous ne mesurons que depuis peu le séisme culturel, politique et sociologique qu’il génère, impose une réévaluation des collections publiques qui prenne en compte les processus complexes à l’œuvre dans la mondialisation.

L’exposition Le Tour du jour en quatre-vingts mondes génère des dialogues entre artistes d’origines géographiques, de genres et de générations diverses et postule que de nouveaux récits de l’art sont possibles et souhaitables. Si elle se nourrit d’expositions récentes autour de ces questions, à l’instar de Modernités plurielles au Centre Pompidou en 2015 ou Intense Proximité au Palais de Tokyo en 2012, elle s’en démarque dans la mesure où, comme son titre le suggère, elle assume pleinement sa dérive poétique.

Pour opérer cette relecture, le Capc s’associe au Centre national des arts plastiques par le biais d’un dépôt conséquent d’œuvres d’artistes femmes et d’artistes originaires de régions extra-européennes, mais dont l’identité artistique déjoue tout déterminisme qui consisterait à réduire une démarche singulière à son contexte géographique. Ce nouveau corpus vient dialoguer avec des œuvres de deux décennies charnières dans l’histoire des acquisitions du Capc – les années 1980 et 1990 – pendant lesquelles s’est construite la colonne vertébrale de la collection du musée.

Commissaire : Sandra Patron, assistée d’Anne Cadenet, Valérie Lantignac, Milena Páez-Barbat & Maud Moritz

Document d’accompagnement pédagogique à télécharger

RDV/enseignants mercredi 3 mars à 14h

Lien Permanent pour cet article : https://blogacabdx.ac-bordeaux.fr/arts33/2020/12/14/le-tour-du-jour-en-quatre-vingts-mondes/

Musique et Cinéma

Ce document présente un historique du son au cinéma, du muet à nos jours, ainsi que les rapports entre images et sons.

Lien Permanent pour cet article : https://blogacabdx.ac-bordeaux.fr/arts33/2020/12/14/musique-et-cinema/

En classe avec le musée des Beaux-Arts !

Parcours hors les murs en lien avec l’exposition temporaire British stories

Lien Permanent pour cet article : https://blogacabdx.ac-bordeaux.fr/arts33/2020/12/02/en-classe-avec-le-musee-des-beaux-arts/

Caroline Achaintre / Permanente

Permanente

du 15 décembre 2020 au 25 avril 2021

Hocus Locus, 2018, Laine tuftée à la main, 325 × 273 cm

Le travail de Caroline Achaintre témoigne, d’une part, de la singularité de son parcours, qui la mène d’une forge en Allemagne à l’atelier textile du Goldsmiths College de Londres, et d’autre part, de l’éclectisme de ses aspirations qui la font se nourrir aussi bien du primitivisme revendiqué de Die Brücke que du design postmoderne du groupe Memphis*. Rien d’étonnant donc à ce que l’artiste réalise des installations qui tiennent tout autant de l’étalage marchand que du cabinet ethnographique, dans lesquelles de grandes tapisseries colorées dialoguent avec des céramiques anthropomorphiques, où visages amphibiens et masques fétichistes ou carnavalesques se côtoient.

Les œuvres de Caroline Achaintre puisent leurs sources aussi bien dans la sculpture britannique d’après-guerre que dans l’expressionnisme allemand*, la commedia dell’arte*, les arts premiers* ou encore les cultures urbaines (musique goth ou métal, films de série B, science-fiction). Dans son travail, l’artiste s’empare de techniques traditionnelles – tuftage, céramique, vannerie – pour insuffler vie aux dessins dans lesquels toutes ses œuvres trouvent leur origine. Sa pratique est marquée par un constant va-et-vient entre deuxième et troisième dimension, opérant avec fluidité dans un rapport au temps soit long (pour ses œuvres en laine tuftées ou ses sculptures en osier, par exemple, qui requièrent de passer du dessin au canevas et dont la réalisation matérielle nécessite plusieurs semaines), soit court (pour ses aquarelles ou ses céramiques, qui relèvent de gestes plus instinctifs ou spontanés).

Dans un cas comme dans l’autre, l’artiste ménage à dessein des plages d’incertitude quant aux formes qui résultent de ses nombreuses expérimentations : lorsqu’elle réalise ses pièces tuftées « à l’aveugle » depuis l’arrière de son châssis à l’aide d’un pistolet à laine, ou lorsqu’elle joue de la perméabilité des matériaux et des couleurs des céramiques dont la cuisson transforme toujours profondément le rendu. Le risque, tout comme le contact physique direct avec la matière, fait partie intégrante de son modus operandi.

Au CAPC, l’artiste a conçu et dessiné elle-même tous les éléments constitutifs (socles, contreforts, excroissances architecturales) d’un environnement au sein duquel de grandes « tapisseries » en laine colorée dialoguent avec des paravents en osier, des aquarelles et des céramiques – autant d’œuvres aux qualités anthropomorphiques et, de ce fait, de personnages d’un théâtre particulier.

Intitulée Permanente, l’exposition au CAPC est l’étape finale d’un projet itinérant conçu en coopération avec Belvedere 21, Vienne ; le MO.CO. Panacée, Montpellier ; et la Fondazione Giuliani, Rome.

Commissaire : Alice Motard

RDV/enseignants : mercredi 24 février à 14h

Document d’accompagnement pédagogique à télécharger

Lien Permanent pour cet article : https://blogacabdx.ac-bordeaux.fr/arts33/2020/11/26/caroline-achaintre/

Les nuits magiques

Le cinéma Le festival de Bègles propose aux classes du 1er degré une programmation de courts métrages d’animation, dont les projections peuvent avoir lieu dans différents cinémas de Gironde

Toutes les informations (lieux, dates, tarifs, réservation) :

Lien Permanent pour cet article : https://blogacabdx.ac-bordeaux.fr/arts33/2020/11/19/les-nuits-magiques/

Infos/madd-bordeaux

Le musée ferme à nouveau ses portes pour quelques semaines.

Vous trouverez en ligne un plan interactif de l’exposition Playground – Le design des sneakers comprenant textes, images et vidéos afin que vous puissiez continuer à la visiter… virtuellement.
Livret de visite, livret-jeux et animations online sont également accessibles dans la page dédiée à l’exposition.

L’ouverture de l’exposition A la table d’un collectionneur. Histoire de la porcelaine de Bordeaux est repoussée à une date ultérieure que nous vous communiquerons dès que possible.

Si vous souhaitez découvrir les collections permanentes présentées dans l’hôtel de Lalande, nous vous invitons à télécharger le livret de visite.


Lien Permanent pour cet article : https://blogacabdx.ac-bordeaux.fr/arts33/2020/11/05/infos-madd-bordeaux/

À la table d’un collectionneur – Histoire de la porcelaine de Bordeaux

Du 15 décembre 2020 au 08 mars 2021

Assiette, Manufacture des Terres de Bordes – Bordeaux, 1787-1790

Le musée des Arts décoratifs et du Design de Bordeaux (madd-bordeaux) poursuit son cycle d’invitations à un collectionneur en accueillant, dans l’hôtel de Lalande, la riche collection de porcelaine de Bordeaux d’un amateur bordelais.

L’exposition évoquera l’histoire éphémère mais incroyablement féconde de la manufacture des Terres de Bordes. Malgré une durée de vie très brève – et une période de production plus courte encore –, la manufacture des Terres de Bordes, fondée par la famille Verneuilh en 1781, produisit, en effet, des milliers de pièces, dont les décors colorés et plein de fantaisie peuplaient les tables bordelaises à la veille de la Révolution.

L’exposition soulignera les proximités formelles et esthétiques qui existent entre la fabrique bordelaise et les autres manufactures qui fleurissent en France et en Europe dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Elle proposera ainsi un éclairage nouveau sur certaines pièces jusque-là attribuées à Bordeaux.
Cette manifestation sera également l’occasion de revenir sur les arts de la table à cette période, en s’interrogeant sur les modes et coutumes, sur ce qui était servi à la table des élites bordelaises, sur la façon dont elles dressaient la table et plus largement sur ce que ces pratiques disent de l’aristocratie et de la bourgeoisie négociante de l’époque.

À travers près de 300 pièces de porcelaine de Bordeaux et d’autres manufactures, mais aussi des dessins d’ornement, des livres de cuisine d’époque, des documents d’archives, l’exposition reviendra sur cet épiphénomène bordelais, qui reflète bien la passion des élites du siècle des Lumières pour l’or blanc et les plaisirs de la chère.

Document d’accompagnement pédagogique à télécharger

Rencontre/enseignants : mercredi 13 janvier à 16h30

Lien Permanent pour cet article : https://blogacabdx.ac-bordeaux.fr/arts33/2020/11/05/a-la-table-dun-collectionneur-histoire-de-la-porcelaine-de-bordeaux/

Activités rituelles en arts plastiques : dessin en 10 min !

Autour de la pratique quotidienne ou régulière très courte pour faire progresser ses élèves :

Des situations simples pouvant être menées avec très peu de préparation matérielle.

Pour obtenir, pour sa classe, un fichier numérique des images d’oeuvres référencées : merci de contacter les conseillers pédagogiques (coordonnées email en haut du document).


Lien Permanent pour cet article : https://blogacabdx.ac-bordeaux.fr/arts33/2020/09/07/activites-rituelles-en-arts-plastiques-dessin/

Les fondamentaux en arts plastiques et visuels

                                                    

A l’école, LES ARTS PLASTIQUES ET VISUELS s’inscrivent dans une progressivité d’apprentissages et visent l’appropriation de connaissances et de compétences, inscrites dans le Socle commun, qui  participent au Parcours d’EAC de chaque élève. La pratique artistique, au cœur de cet enseignement obligatoire, est indissociable d’une éducation du regard sensible et réfléchi et de la construction progressive de premiers repères culturels par la découverte de différentes formes d’expression plastique, la rencontre d’œuvres et d’artistes et l’utilisation d’un vocabulaire spécifique. Dès les plus jeunes classes, au sein de cet enseignement structuré, une place importante est à accorder à faire vivre des émotions, à leur mise en mots et à savoir entendre et respecter les points de vue des autres.

Les outils de base pour préparer les séances de pratique en arts plastiques, pour développer l’enjeu premier d’expression personnelle de chacun et faire facilement évoluer les productions des élèves :

  • la démarche de création s’appuie sur une suite d’incitations et de situations concrètes suffisamment ouvertes pour mettre en disposition de créer, donc de faire des choix personnels, de tester leurs effets, de faire évoluer son expression et son regard (phase de production acceptant la diversité des réponses): « Une démarche de création engage l’enfant dans un processus d’apprentissage actif, dynamique qui sollicite la curiosité intellectuelle, la sensibilité, le goût de l’effort, la persévérance. Elle suscite le plaisir d’explorer des matériaux, des procédures d’action afin de construire et composer un objet artistique. Une démarche de création stimule l’imaginaire (un « réservoir » d’images, de pensées qui peuvent être reliées, associées) et donc l’imagination (un imaginaire en action). » (p.15 Ressources maternelle)
  • L’apport culturel, le moment et les modalités choisis pour l’introduire, tiennent donc une place très importante dans toute pratique et la démarche de création
  • > Lien vers les outils pour la rencontre d’œuvres
  • les variables matérielles S.M.O.G. (Supports – Médiums – Outils – Gestes)
  • les opérations plastiques R.I.T.A. (Reproduire – Isoler – Transformer – Associer)
  • les notions plastiques, principaux constituants du langage de arts plastiques et visuels

Ressources d’accompagnement des enseignements artistiques aux cycles 2 et 3

Le ministère de l’Éducation nationale met en ligne des outils pédagogiques, didactiques et scientifiques pour aider les enseignants à s’approprier les programmes des enseignements artistiques au cycle 2 et au cycle 3 et à les mettre en œuvre dans les classes. Cliquez ici

Les Ateliers Canopé proposent des ressources pédagogiques clés en main, dès le cycle 1 : https://www.reseau-canope.fr/arts-visuels/arts-plastiques.html

Organisation pédagogique préconisée pour sa classe, quelque soit l’âge des enfants :

. Alterner les temps de pratiques riches et variés avec des mises en commun régulières réservées à l’observation des effets obtenus (entre pairs, par petits groupes ou en effectif classe) visant à faire évoluer les productions d’une séance à l’autre ;

. Confronter les productions des élèves, les faire observer entre elles et les mettre en réseau avec des images, objets, détails…, avec la rencontre d’œuvres diverses de toutes époques ;

Aller voir une exposition avec sa classe

. Éviter les situations trop courtes, hors programmation, et/ou à consigne de départ trop fermée (dans lesquelles l’élève est simplement exécutant) : proposer un cheminement créatif vers des réalisations diversifiées, en favorisant une progressivité dans les acquisitions de compétences, capacités et attitudes.

Éducation du regard  

Lien Permanent pour cet article : https://blogacabdx.ac-bordeaux.fr/arts33/2020/09/05/les-fondamentaux-en-arts-plastiques-et-visuels/

le portrait dans des les collections permanentes du musée des Beaux-Arts

Frans Hals, L’Homme à la main sur le cœur, 1632, huile sur toile

Lien Permanent pour cet article : https://blogacabdx.ac-bordeaux.fr/arts33/2020/09/04/le-portrait-dans-des-les-collections-permanentes-du-musee-des-beaux-arts/

Load more