Formations et Conférences

Formation EDUMIM 2022 : plaquette présentation du DU

 
  • Le DU EDUMIM (diplôme d’université Éducation, Migration, Minorités) : 3 semaines de regroupement sur l’année à Suresnes, pendant les vacances scolaires (en 2022-23 ce sera pendant les vacances scolaires des zones B et C). Accessible à tous les professionnels de niveau bac+3 ou avec une expérience professionnelle en rapport avec la formation. https://www.inshea.fr/fr/content/diplôme-universitaire-éducation-migration-et-minorités
 
  • Le parcours EDUMIM du master PIH A2 (pratiques inclusives handicap accessibilité accompagnement) : un tronc commun à tous les parcours de ce master + des cours spécifiques au parcours EDUMIM. Accessible à tous les professionnels de niveau bac+3 ou bac+4 ayant suivi des études dans le champ des sciences humaines et sociales ; accès possible par la VAP. https://www.inshea.fr/fr/formation/master-apei-option-edumim                        (MAJ mai 2022)

Ci-dessous des conférences / entretiens sur des thématiques liés aux allophones, migrations…

(mise en page du plus récent au plus ancien)

Janine Hohl professeure à la Faculté des sciences de l’éducation de l’université de Montréal, propose un témoignage sur L’accueil des élèves allophones nouvellement arrivés. Il se découpe en 4 parties : les premiers jours à l’école – Le rôle intégrateur de l’enseignant – La culture – L’école, une société d’accueil

1/ Pour Janine Hohl, l’inclusion et LE milieu idéal pour intégrer. Le jeune allophone, selon d’où il vient, peut être surpris à l’école par : l’abondance matériel ; le rapport au temps ; l’intérêt qu’il suscite ainsi que le rapport maître / élève. Ce qui est le plus important pour lui, c’est le langage non verbal, que son silence soit accepté par ses pairs et les enseignants et la chaleur de l’accueil qui lui est réservé. Il lui est difficile

  • de se rendre compte que sa pensée est plus élaborée que la parole dans une nouvelle langue.
  • de prendre parfois la parole pour parler de lui ou de son pays d’origine

2/ L’enseignant a un rôle d »‘intégrateur ». L’auteur canadienne insiste sur la préparation en AMONT de l’arrivée d’un élève allophone entre les enseignants mais également avec les élèves (« selon vous le nouvel élève devrait être à quelle place pour être le mieux accompagner »)

3/ L’importance de la culture. Un élève est porteur de plusieurs dimensions identitaires DONT sa culture ; il n’est pas que ça. Toutefois, il existe des impacts marqués par la culture communs à de nombreuses cultures.

  • Les rapports entre les filles et les garçons qui peuvent être en contradiction avec le vécu.
  • Les rapports adultes / enfants
  • L’alimentation
  • La relation à l’aide : peur de s’adresser à l’adulte et/ou au spécialiste.

Enfin selon la liberté du pays d’origine, le jeune aura appris à taire ses idées ; difficile pour lui de s’exprimer sur des sujets de société (IVG, peine de mort, liberté de la presse…) . Leur système de valeur NE PEUT PAS CHANGER D’UN SEUL COUP !

4/ L’école est une société d’accueil qui permet le lien entre les personnes, les types d’activités, les langages différents…

Conférence de Laurence Corny du CASNAV de l’académie de Créteil : Français langue seconde (FLS) / Français langue de scolarisation : définitions, objectifs, axes de réflexion et activités pédagogiques , nov.2019.-
https://www.youtube.com/watch?v=a-Ibrro6O30

Conférence de Nathalie Auger au DEFLE en janvier 2019 sur le thème « élèves allophones et pratiques de classe inclusives » Voir la vidéo

Introduction à l’étude des migrations – Présentation par François Héran de son cours au Collège de France 2017-2018 : « Introduction à l’étude des migrations »

La mondialisation des migrations décembre 2017 . – Conférence de Catherine Wihtol de Wendenhttp://www.sciencespo.fr/ceri/fr/cerispire-user/7216/0

Lire et comprendre en langue étrangère.- Conférence d’Estelle Riquois Université Paris Descartes , novembre 2019

MAJ, février 2021