Les résultats du TOP 30 pour la participation à la Journée nationale 2017 sont tombés. Félicitations au projet de l’école de Langon « apprendre à apprendre » qui représentera l’académie de Bordeaux le 29 mars prochain.

Voici la sélection nationale de 30 actions parmi 444 actions d’équipes candidates à la Journée nationale de l’innovation du 29 mars 2017, en réponse à l’appel d’offre émis en septembre dernier. Elles sont classées par domaine.

Chaque action a été transmise en ligne sur la base nationale de l’innovation, Expérithèque. On peut retrouver les fiches complètes avec des documents-ressources complémentaires.

Les équipes seront invitées à la Journée de l’innovation le 29 mars 2017, où leur action alimentera un des nombreux modules de formation. 8 équipes sur les 30 seront primées par un Grand Jury, réuni le 1er mars 2017.

Le 29 mars 2017, chacune fera une présentation dynamique « Pecha Kucha » (20 images de 20 secondes, soit une prestation orale de 7 mn environ) ; elle sera captée en vidéo et sera suivie d’une interview par nos équipes. Ces clips viendront alimenter la chaine de l’innovation et le réseau social sur #eduinov.

Les pratiques favorisant l’évaluation pour les apprentissages

De nombreuses expérimentations menées en académie illustrent ce que la recherche identifie parfois comme un changement de paradigme : une évaluation au service des apprentissages, qui favorise par retour d’information, par auto-évaluation, par  co-évaluation, par procédés variés (la note n’est donc pas exclue) la progression des élèves en leur indiquant explicitement ce qu’ils peuvent faire et comment ils peuvent y arriver.

1. Classes coopératives Lycée général et technologique Alphonse Daudet, 13158 Tarascon cedex CEDEX, académie d’Aix-Marseille

Le projet consiste à articuler une réflexion des enseignants sur les pratiques pédagogiques coopératives avec la mise en œuvre de telles pratiques. Il s’adresse à deux classes de seconde et à leur équipe pédagogique. Plusieurs chantiers expérimentaux ont été mis en œuvre afin de développer la coopération dans les apprentissages tout en soutenant le travail autonome ainsi que l’engagement et la créativité de chaque élève. Ces chantiers visent également à favoriser une communication bienveillante et à appréhender les difficultés des élèves dans leur complexité en prenant en compte la dimension émotionnelle des apprentissages et de leur évaluation.  La mise en œuvre s’appuie sur différents dispositifs. D’une part des dispositifs pour les élèves : une formation à la coopération en début d’année par le professeur principal, un conseil de coopération et des ateliers tous les 15 jours sur une heure d’accompagnement personnalisé et des séances de travail autonome au cours des enseignements disciplinaires. D’autre part un dispositif pour les professeurs : un groupe de travail qui réunit une fois par mois l’ensemble des enseignants engagés dans le projet pour conduire une réflexion sur le projet et les pratiques de classe et assurer une auto-formation pédagogique de l’équipe. Les plus-value de ces  classes coopératives sont l’engagement et créativité des élèves dans les projets montés en conseil de coopération, l’autonomie dans leur travail et  l’amélioration du climat scolaire.

 

2. Apprendre à chercher, chercher à apprendre Ecole, 33210 Langon, académie de Bordeaux

Ce projet, conduit dans une classe de CE2, a pour but de donner un sens à l’acte d’apprendre et ainsi de favoriser ainsi la réussite et l’épanouissement scolaires en aidant l’enfant à se construire dans différentes postures : celle d’élève, mais aussi celle de citoyen du monde d’aujourd’hui et de celui de demain. Il s’appuie pour cela sur le questionnement des élèves comme source et outil d’apprentissage et sur la différenciation à la fois dans les apprentissages et dans les évaluations. La mise en œuvre implique : 1/ une organisation pédagogique basée sur la diversité des activités, des supports, de l’organisation spatiale et temporelle, des modes d’évaluation, 2/ un projet d’apprentissage par la recherche par le biais du dispositif des Savanturiers-l’école de la recherche porté par le CRI Paris, 3/ un projet d’action citoyenne par le biais du dispositif Bâtisseurs de possibles porté par SynLab, 4/ des parcours d’apprentissage différencié grâce à l’utilisation de ceintures de compétences et la mise en place de plans de travail. Ce projet tend à améliorer le climat scolaire par l’accroissement d’un sentiment de bien-être à l’école favorisé par la possibilité de tenir un rôle actif en étant force de proposition. Il soutient le développement des capacités citoyennes de coopération, d’émancipation, d’esprit critique et la construction d’une éthique d’élève, d’enfant, d’apprenti chercheur, d’apprenti citoyen. Il permet une progression des résultats scolaires grâce à une plus grande motivation dans un apprentissage basé sur l’expérience et la métacognition sur les manières d’apprendre. Pour finir, il encourage une plus grande implication des familles dans le suivi et l’accompagnement des activités scolaires de leurs enfants.

3. Psychologie et neurosciences cognitives au service des apprentissages

Collège G. Desdevises du Dezert, 50430 Lessay, académie de Caen

Ce projet part du constat du déficit du travail personnel des élèves de collège et des effets notables sur leurs apprentissages, leurs résultats, leur orientation, et sur le déroulement des cours et le climat de classe. Il s’appuie sur le dispositif d’Accompagnement Personnalisé (AP) et sur des apports de la psychologie et des sciences cognitives. L’AP est ainsi un lieu pour amener les élèves à prendre conscience du fonctionnement de leur cerveau, organe des apprentissages, de la manière dont il apprend, comprend, se trompe, se remodèle et développe ses capacités. Il est également le lieu de réalisation d’une partie du travail personnel, adossé au travail disciplinaire, à partir des découvertes des sciences cognitives. Ces objectifs de l’AP sont conformes aux textes réglementaires. La mise en œuvre, qui concerne les 300 élèves du collège, a nécessité un réaménagement du temps scolaire. Les 26 cours hebdomadaires de 55 minutes ont été remplacé par 32 cours de 45 minutes. Cette organisation permet de mettre en place pour chaque élèves un créneau d’AP par jour avec l’encadrement de professeurs et d’assistants d’éducation. L’un de ces créneaux est réservé à la découverte du fonctionnement du cerveau. Un partenariat avec la recherche permet des temps de formation du personnel et une évaluation des compétences scolaires des élèves mais également de leurs conceptions de l’intelligence et du fonctionnement du cerveau, de leurs croyances dans les neuromythes et de leur perception d’eux-mêmes.

4. Survive on Mars, un jeu sérieux numérique scientifique et pluridisciplinaire

Lycée français de Vienne – Europe / Autriche / Vienne, Lycée général et technologique Blaise Pascal, 91406 Orsay cedex, académie de Versailles Lycée général et technologique de l’Escaut, 59305 Valenciennes cedex, académie de Lille

L’objectif de ce projet est de soutenir l’implication, l’investissement et l’autonomie des élèves de secondes en SVT. Ce projet mobilise pour cela un jeu sérieux numérique, «Survive on Mars» (http://surviveonmars.portail-svt.com), qui est bâti sur un univers scénaristique cohérent, proche de la réalité, et qui prend en compte les données scientifiques les plus récentes de la NASA et du CNES. Les élèves ont accès à une base martienne ou terrestre contenant des informations et des ressources pour résoudre la mission. Les élèves incarnent des personnages possédant des compétences spécifiques et travaillent en équipe pour remplir une mission, en endossant les compétences de son personnage. Se lancer dans l’ aventure de Survive On Mars a ainsi permis aux professeurs de 8 classes de seconde de différents établissements de collaborer pour créer un nouvel environnement de travail avec des approches pluridisciplinaires. Du côté des élèves, la motivation et la créativité sont croissantes et s’accompagnent d’une progression dans les compétences disciplinaires et transversales, grâce notamment à une émulation au sein des classes et entre établissements. Des extensions du jeu et un jeu plateau sont en cours pour des enseignements disciplinaire et interdisciplinaire au collège et au lycée.

5. Neo Alta, enseigner et évaluer autrement pour mieux accompagner les élèves

Collège Anatole France, 78340 Les Clayes-sous-Bois, académie de Versailles

Neo Alta est une structure concernant le cycle 4 du collège. Son objectif : « enseigner et d’évaluer autrement pour mettre au travail les élèves ». Nous avons fait le pari qu’une équipe peut innover bottom- up, dans un collège normal, avec des enseignants normaux. Ainsi, les enfants et les familles, les enseignants, choisissent de s’y inscrire et de travailler en équipe : professeurs de disciplines, professeure-documentaliste, conseiller principal d’éducation, mais aussi parents et élèves prennent en charge les apprentissages. Initiée en 2013, en 2016 cette structure accueille 77 élèves de 5°, 4° et 3° et 15 adultes. Dans Neo Alta, on travaille autrement (un emploi du temps qui prévoit notamment un temps d’accueil le matin, un temps de travail personnel le soir, des temps hebdomadaires de travail interdisciplinaire), on évalue autrement (un bulletin en évaluation strictement positive, pas de conseil de classe stricto sensu, une suppression des récompenses, des avertissements et du redoublement) et on entretient des relations différentes (notamment tutorat entre pairs, tutorat par des adultes). Les adultes constituent une communauté qui discute des ses pratiques, met en place des observations de classe et s’appuie sur des savoirs de la recherche en éducation. Chacun a un rôle différent mais avec le même objectif d’accompagner les élèves et de les aider à grandir.

____________________________________________________________

L’innovation dans l’action artistique et culturelle Les travaux de recherche et les résultats des comparaisons internationales convergent pour signaler l’importance du capital culturel dans la fabrication de la réussite scolaire ; l’école ne peut progresser qu’en proposant des voies et des détours suffisamment nombreux et exigeants en matière d’éducation artistique et culturelle pour permettre à tous les élèves de s’enrichir au contact des œuvres et de s’initier aux arts.

6. « Horloges d’Altitude » patrimoine, innovation et pédagogie

Lycée polyvalent d’Altitude, 05105 Briançon cedex, académie d’Aix-Marseille

En 2008, le défi était de réparer l’horloge mécanique du lycée. Progressivement d’autres activités innovantes se sont développées pour mettre en valeur le patrimoine horloger des édifices. C’est un projet tous métiers, toutes technologies, qui marie souvent le plus ancien, comme l’horloge «royale» des Vigneaux (1786), au plus récent, comme l’horloge binaire de la gare de Cannes avec une démarche d’art contemporain. Il sollicite la créativité des élèves et provoque l’envie pour aboutir à de vraies réalisations concrètes. Pluriannuel, interdisciplinaire, innovant, largement ouvert sur la ville, la région et l’Italie, il réunit des élèves de toute la filière « Maintenance » du lycée. Les élèves impliqués travaillent dans le cadre de TP (BAC PRO MEI ou BTS MS), de projets (STI2D, S-SI), de chantier-école (CAP MBC) ou de recherches personnelles (traductions). Il associe des partenaires du monde associatif, de l’entreprise et de la recherche. Son évaluation est très positive tant sur le plan des apprentissages (réussite à 100% des élèves à leur examen) que sur le plan technologique (fiabilité des systèmes mécaniques). Plus largement, il débouche sur des visites guidées de nos réalisations au Lycée d’Altitude, prochainement à la Collégiale de Briançon.

7. Marathon poétique et numérique autour du monde

Lycée Lyautey – Maghreb -Océan indien / Maroc / Casablanca

Lire le recueil d’un poète français et le faire chanter autour du monde, c’était le désir et le défi! Une performance rendue possible grâce au numérique. Nous avons ainsi fait faire un marathon poétique au recueil Alcools d’Apollinaire. L’ oeuvre a fait le tour du monde en temps réel (24 heures consécutives) à travers 25 établissements de l’AEFE situés dans 18 pays différents. Nous avons accompli un Marathon de lecture oralisée en 5 heures, sur le principe du relais, relais mélodique ici et numérique. Dans une cohésion magnifique, à des milliers de kilomètres les uns des autres, nos élèves se sont exercés à en chercher le rythme, à en trouver le ton, pour lui donner une voix, un corps, un espace et pour le jour de la performance par le biais des webcams et des enregistrements audios postés parfois de bouts du monde, chanter à l’unisson un patrimoine commun. Expérience innovante extraordinaire, grand moment de partage et de littérature, où le collectif s’exprime et où l’intime se dit : 25 groupes d’élèves du CP à la première, connectés les uns aux autres et unis pour la voix d’un seul homme…

8. La résidence des artistes à Seyssel : un levier important pour une autre politique pédagogique

Collège du Mont des Princes, 74910 Seyssel, académie de Grenoble

Le Dispositif Résidence des artistes à Seyssel a été mis en place à la rentrée 2014. Il s’agissait alors de proposer à l’ensemble des élèves du collège et aux personnels un projet fédérateur répondant à l’objectif d’ouverture culturelle du collège. La présence artistique de la Compagnie « Un euro ne fait pas le printemps » (Collectif : Écriture, Arts de la rue) se fait sur une durée de trois semaines pleines sur l’année.Trois temps complémentaires sont organisés : un temps de création en immersion dans le ‘laboratoire-vitrine’, un temps d’ateliers d’écriture avec les jeunes et un temps d’actions de présence artistique pour créer de la cohésion.Une formation, assurée par les artistes, a été organisée au début de l’année et ouverte à tous les personnels de l’établissement. Le travail est enrichit par un partenariat avec le laboratoire de dynamique du langage du CNRS. Ces temps de rencontre, d’échanges et de pratiques sous forme d’ateliers d’écriture, ont permis de développer le rayonnement de la résidence au sein de l’établissement, et permettre l’émergence d’un véritable projet fédérateur. Il contribue au développement de pratiques interdisciplinaires et à la construction des parcours citoyen, artistique, culturel et également au parcours avenir des élèves.

 

9. La coopération inter-classes pour créer un album et un film d’animation

Ecole primaire publique, 87310 Saint-Auvent, académie de Limoges

En 2015-2016, en amont du projet, les productions d’écrits des élèves n’étaient pas très riches et pas très élaborées. L’idée de créer un texte ayant un réel sens pour les élèves a commencé à germer. Nous avons engagé l’ensemble des élèves de l’école (de la TPS au CM2) dans la réalisation d’un album. Les élèves ont inventé un personnage et son histoire, ils ont rédigé le texte et ont réalisé les illustrations avec le partenariat d’une illustratrice de jeunesse, Laure Phelipon. En 2016-2017, les élèves adaptent leur album en film d’animation, c’est ainsi l’occasion de mettre en voix un texte, d’apprendre des chants, de créer des musiques, des bruitages avec différents instruments et avec son corps et sa voix. Dans ce projet le travail coopératif est privilégié, que ce soit du côté des élèves en prenant en compte la complémentarité des compétences des différents niveaux de classe, ou de celui des adulte en prenant en compte la maîtrise de la technicité, de l’art et de la pédagogie de chacun. Ce projet a permis de développer un partenariat artistique, d’associer les familles à un projet culturel et artistique via l’album produit, de diffuser les travaux des élèves par un exposition à l’office du tourisme de la communauté de communes. Il contribue a enrichir l’ouverture culturelle et artistique des élèves d’une école rurale.

 

10. Critique numérique – Collège au Cinéma

Collège Cleunay, 35000 Rennes, académie de Rennes

Critique numérique® est un dispositif d’éducation à l’image élaboré en partenariat entre l’association « Filme moi ta plume », la DAAC de l’académie de Rennes, l’Université de Rennes et le Master Numic. Pédagogique, artistique et culturel, ce dispositif innovant vise à développer le sens critique des jeunes spectateurs, confrontés à des œuvres cinématographiques, photographiques, picturales, plastiques et musicales. Les critiques débutants visitent des expositions, vont aux concerts, en salles de cinéma… puis ils écrivent, mettent en scène et montent des pastilles audiovisuelles dynamiques destinées à une diffusion sur le web. Ainsi, Critique numérique® permet de valoriser le dispositif « Collège au Cinéma ». Au Collège Cleunay, dans le cadre de l’enseignement de pratiques interdisciplinaires, des élèves conçoivent de courtes vidéos dans lesquelles ils expriment et partagent leurs avis sensibles sur les films au programme. En présence d’étudiants et de professionnels du secteur ils apprennent à justifier leurs prises de position en s’appuyant sur le vocabulaire technique du cinéma (cadrage, travail sur le son, rythme du montage, scénario comme écriture sonore et visuelle…). Ils expérimentent et manipulent les caméras, ils inventent un nouveau mode d’expression tout personnel à l’ère du numérique. Ce dispositif contribue au parcours d’éducation artistique et culturelle en se fondant sur ses enseignements de culture humaniste, techniques et artistiques, mais également sur une démarche de projet qui favorise l’accroissement de l’autonomie de l’élève.

_________________________________________________________________________________

Les partenariats pour renforcer la réussite des élèves

Les objectifs assignés à l’Ecole sont autant de défis à relever pour les équipes sur le terrain ; elles ne peuvent y parvenir qu’en développant des solidarités locales et des partenariats avec les acteurs locaux, associatifs, publics et privés ; la réussite de tous les élèves devient l’affaire d’un territoire apprenant et concentré sur sa jeunesse.

11. Coupe Robotique des Ecoles Primaires (CREP) : De la robotique à l’école … à la robotique à BAC +5

Circonscription IEN Lille 1, 59130 Lambersart, académie de Lille

La « coupe de robotique » des écoles primaires c’est un dispositif construit et porté par des étudiants de Polytech Lille et l’IEN Lambersart de Lille 1. Il s’agit d’enseigner autrement, d’apprendre autrement en mobilisant le socle commun de connaissances, de compétences et de culture, en investissant le numérique, les nouvelles stratégies mathématiques, l’apprentissage du code et la diversité des langages. Durant 3 à 5 semaines les élèves cherchent à relever un défi. Ils identifient les différents paramètres du projet et les compétences à mobiliser. Ils fixent le thème choisi, en étroite relation avec la littérature et la culture artistique, le programme d’histoire et de géographie. La rédaction du scénario peut s’engager, permettant de planter le cadre du déplacement du robot. Ils construisent le robot qu’ils apprennent à programmer. Ils doivent prendre en compte les exigences du parcours à réaliser et le barème qui déterminera leur réussite. Durant ce mini stage, ils apprennent à chercher, modéliser, représenter, raisonner, calculer et communiquer, nommer, localiser, situer, mémoriser et utiliser des termes appropriés, s’exprimer, expérimenter et créer. Depuis 5 ans ce dispositif a concerné 1247 élèves de cycle 3.

12. Partenariat et coopération multi-âges dans un projet pluridisciplinaire « Sauvons le Monde ! »

Ecole primaire, 66360 Sahorre, académie de Montpellier

Le défi de notre petite école rurale isolée éloignée des structures culturelles a été de s’ouvrir à des partenaires pour conduire un projet pluridisciplinaire afin de donner du sens aux apprentissages et offrir à chaque élève les possibilités de sa réussite. C’est un même projet trans et pluridisciplinaire qui est vécu par les 52 élèves de l’école, de la petite section au cm2, répartis en deux classes. Le projet a été développé selon trois axes essentiels : susciter le désir d’apprendre, l’implication dans les apprentissages et donner du sens à ces apprentissages. Le dispositif principal est le travail coopératif et les échanges entre les différents niveaux. Une problématique scientifique ou un fait d’actualité majeur est décliné en plusieurs sous projets trans et pluri-disciplinaires. La mise en place de ces projets est rendue possible et concrète grâce à des partenaires extérieurs au rayonnement national comme le CNES ou l’UPVD (université de Perpignan) source d’informations et d’outils, mais aussi grâce à des échanges avec des associations locales, d’autres écoles… Ces élèves ont montré que la réussite scolaire ne dépend pas d’une zone géographique, ou d’un constat d’origine défavorable mais bien de l’aménagement d’une « pédagogie particulière et bienveillante ».

13. FabUlis 3.0 : un laboratoire pour l’Ecole Inclusive

Lycée Henri Nominé , Lycée des métiers des services aux entreprises, 57215 Sarreguemines cedex, académie de Nancy-Metz

FabUlis est un Fablab (laboratoire de fabrication) qui s’inscrit comme un véritable laboratoire d’échange de pratiques autour de l’Ecole Inclusive. Installé dans le lycée des métiers des services aux entreprises de Sarreguemines, il est ouvert à tous les élèves et enseignants mais également aux chercheurs et professionnels. Ce dispositif pour tous, unique en son genre, permet d’apprendre autrement. Pour l’équipe de FabUlis, l’école est un lieu où l’on est libre d’apprendre, libre d’enseigner et libre de faire de la recherche. L’enseignant est un mentor qui accompagne les projets des élèves, quelque soit leurs besoins spécifiques. Il s’agit de permettre à des élèves différents d’avoir accès aux apprentissages dits « ordinaires » mais de manières différentes. Nous utilisons, quand il y en a besoin, des pédagogies actives, participatives, numériques, collaboratives mais aussi des pédagogies de projets, pluridisciplinaires, s’appuyant sur une utilisation accentuée des outils numériques et inscrite, dès le départ, dans une démarche inclusive du lycée général et technologique. Notre réflexion et notre action est étayé par des partenariats avec divers organismes, institutions ou laboratoire sur les Neurosciences Éducatives ou sur les outils numériques en situation de handicap.

 

14. TouKouLeur: Salle ouverte pour une Ecole ouverte

Collège Les Bréguières, 06800 Cagnes-sur-Mer, académie de Nice

twitter: @TKLbreguieres

Dans un collège de Cagnes sur Mer, peut-on répondre à la question : « Comment apporter un peu de chacun aux autres et à l’intérieur du collège ?». La pédagogie TKL (pour « Toukouleur ») permet la création d’une succession de projets innovants valorisant les élèves et les professeurs. L’un des principes essentiel est la mise en relation et la collaboration de tous les partenaires dans le réseau TKL (élèves, professeurs, professionnels et acteurs associatifs, culturels, artistiques et institutionnels) . Il s’agit de proposer, sur l’année scolaire à tous les élèves du collège et des établissements partenaires, la mise en place du concept de « #SalleOuverteTKL » promouvant la créativité ainsi que la diversité culturelle, artistique et scientifique des élèves et des professeurs volontaires. Elle propose un Parcours Educatif Artistique et Culturel, un parcours Citoyen, participe au parcours Avenir et à l’Education aux Médias et à l’Information. Elle contribue à construire et à valider (sans note) des compétences du socle commun plus difficilement évaluables en classe et s’appuie sur les professionnels de l’établissement.

Les projets TKL issus de la Salle Ouverte TKL créent du lien et de la motivation, l’investissement des élèves pour mener à bien leur projet s’avère « extraordinaire » (autonomie, temps, implication, création…). Ce sont des projets POUR et PAR les élèves, qui favorisent aussi l’inclusion des élèves de Segpa très engagés dans l’organisation des évènements. Les enseignants sont de plus en plus nombreux à rejoindre TouKouLeur pour y développer, avec l’aide et l’accompagnement de l’équipe conceptrice, un projet pour le collectif. Le développement professionnel est très largement amorcé! Les unités d’enseignement intéressées par le projet, ou un volant du projet, sont de plus en plus nombreuses, créant un réseau TKL dynamique et productif. La responsabilisation des élèves au service leur réussite scolaire et personnelle montre ses effets…

TKL repose sur les valeurs de partage, d’échange, de faire-ensemble et d’engagement dans un projet collectif, inter et transdisciplinaire fondé sur le volontariat des élèves. TKL contribue à la diffusion d’une image valorisante de l’établissement par une communication réactive sur Twitter et par son journal #jTKL Hebdomadaire. Toutes les manifestations et réalisations font découvrir et partager les projets TKL innovants issus de la pédagogie TKL au sein du collège ou constituant un centre d’intérêt pour les participants, dans une perspective de de fraternité, d’ouverture culturelle et d’innovation.

(en lien avec) Multimédia à 360° ,  Collège Les Bréguières, 06800 Cagnes-sur-Mer, académie de Nice

Dans le développement TKL, une équipe de JRI (Journaliste Reporter d’image) réalise des reportages sur le terrain pour les diffuser tout en comprenant les enjeux de l’information et de l’image. Cela entraine la mise en place d’un festival TouKuLture autour du 7ème art (court-métrage) en donnant les outils de réalisation, de montage et autres aux élèves volontaires. Le projet Cross-Média 360° se définit par la rencontre entre interdisciplinarité et complémentarité des différents acteurs : professeurs, professionnel de l’audio-visuel et milieu associatif. Le CROSS MEDIA 360° permet d’utiliser tous les médias pour la formation des élèves aux métiers de l’audio-visuel, Les élèves peuvent travailler avec des professionnels de l’audio-visuel et participer à l’événement annuel organisé par #TKL2017 (Concours et rencontre avec des réalisateurs…, Ecole de cinéma…). La responsabilisation des élèves et la dévolution des rôles produisent des effets spectaculaires sur les élèves en terme d’autonomie, d’initiative, de dévouement, de sérieux et de coopération entre pairs. Le sentiment d’appartenance à l’établissement est incroyablement renforcé.

15. Arcel’g@me : un jeu sérieux pour prévenir le harcèlement conçu par et pour les collégiens

Direction des services départementaux de l’éducation nationale du Tarn, 81013 Albi cedex 9, académie de Toulouse

Partant du sentiment partagé de harcèlement au collège et du sentiment de révolte engendré chez les jeunes témoins., élèves, enseignants et partenaires ont souhaité agir vers les trois acteurs impliqués dans le harcèlement : la victime, le témoin et le harceleur. #arcel’g@me a été développé comme jeu interactif élaboré par huit jeunes collégiens, membres du CDJ (Conseil départemental des jeunes) du Tarn pour prévenir, sensibiliser et lutter contre le harcèlement scolaire.Il s’agit d’un jeu sérieux, accessible depuis un ordinateur, un smartphone ou une tablette, sur un site internet. Il repose sur des illustrations type Bande Dessinée, animées avec de petites séquences vidéo, à la manière d’un jeu de rôle, il permet au joueur de se mettre à la place des trois acteurs impliqués dans le harcèlement : victime, témoin et harceleur. Cet outil a été réalisé par des jeunes (8 conseillers départementaux jeunes, élus en 5e pour deux ans) pour les (primaires, collégiens à lycéens) du Tarn et au-delà du territoire départemental. Cet outil peut aussi être utilisé à des fins pédagogiques par des enseignants ou éducateurs, parents… Dans la collectivité, le projet a rapidement suscité l’unanimité et le soutien des élus adultes, renforçant le poids du Conseil Départemental Jeunes.Le deuxième impact majeur concerne les services de l’Éducation nationale qui ont immédiatement souhaité utiliser et faire connaître l’outil au sein des établissements scolaires du département et plus largement au niveau de l’académie, grâce au soutien de la Rectrice d’Académie. Les jeunes ont également été sollicités à plusieurs reprises pour intervenir et présenter le jeu devant des classes ou à l’occasion de conférences ou manifestations en lien avec le harcèlement.

_______________________________________________________________

Pour une prévention du décrochage scolaire

En s’appuyant sur le plan national de lutte contre le décrochage scolaire, les écoles et établissements secondaires s’organisent pour repérer plus efficacement les difficultés prédictives de décrochage. Les équipes trouvent de nouvelles manières de prendre en charge certains de leurs élèves et se lancent dans des parcours individualisés au plus près de leurs besoins.

 

16. Comprendre pour apprendre

Lycée professionnel Germaine Tillion, 63300 Thiers, académie de Clermont-Ferrand

Le lycée Germaine Tillion à Thiers accueille une population très défavorisée au niveau social,. L’échec n’est pas une fatalité, il est possible de construire avec succès un projet professionnel qui passe par l’école. La première année au sein du lycée professionnel doit être une année de reconstruction de l’élève, grâce à un accompagnement personnalisé innovant. L’organisation pédagogique d’ampleur mobilise toutes les équipes de l’établissement (les agents, la vie scolaire, les enseignants, l’équipe de direction) et ses partenaires (la ville, la sous-préfecture, les entreprises locales et l’international). Les équipes offrent une palette riche de propositions, entre le quotidien de l’aide et l’excellence de la formation et des stages en Finlande. La recherche est aussi associée à la pratique pour améliorer un tel dispositif.

 

17. ‘Sur le chemin de la liberté’’

Collège Raizet, 97139 Les Abymes, académie de Guadeloupe

Dans ce collège en éducation prioritaire, les élèves éprouvent des difficultés de tous ordres (agitation permanente, surcharge émotionnelle, manque d’estime de soi, sentiment d’échec, manque de confiance en soi, , sentiment d’insécurité,, manque d’intérêt pour la chose scolaire, mémorisation, manque d’attention et de concentration, d’organisation de la pensée). Déjà bien engagée dans des actions innovantes par ailleurs, l’équipe expérimente des solutions alternatives pour mieux répondre aux besoins de ses élèves : des ateliers de développement personnel, de Yoga en Accompagnement Personnalisé, et à d’autres moments, d’activités relaxantes, d’expression artistique, littéraire, dramatique, d’activités physiques, de projections de films éducatifs et des sorties sont proposées à des élèves repérés. Ces pratiques les aident à évacuer les émotions négatives qui font obstacle à l’attention, à la concentration et à la mémorisation. Il s’agit de mieux les préparer aux apprentissages, pour favoriser la maitrise des compétences du Socle et l’envie de réussir dans le cadre du parcours Avenir. Des séances d’information et de pratiques relaxantes pour les parents, organisées par les associations de parents d’élèves ; des formations sur site pour le personnel ainsi que des cours de Yoga sont mis en place dans l’établissement. Le rayonnement de ce dispositif sur l’environnement est déjà là, dans d’autres écoles et dans la formation professionnelle.

18. Numavenir – Persévérance scolaire et Numérique pour 4500 élèves dans l’académie de Nancy-Metz

Rectorat, 54035 Nancy cedex , académie de Nancy-Metz

La persévérance scolaire se traduit par une politique ambitieuse d’augmenter le nombre de diplômés entrants de la formation dans 37 lycées professionnels et dans 11 collèges de l’académie.Le Secteur d’activité retenu pour expérimenter numavenir est celui du commerce et de la vente préparant à un CAP ou à un baccalauréat professionnel et aussi des élèves de SEGPA.

Le dispositif systémique s’attache à mieux articuler la qualité des enseignements, notamment en promouvant une dimension bienveillante de l’évaluation ;  le développement d’un outil de différenciation pédagogique, l’étayage des alliances partenariales pour accompagner les élèves ; les acteurs s’appuient sur l’Environnement Numérique de Travail dans la relation école-famille. Il s’agit d’agir avant que l’élève décroche, au cœur des pratiques pédagogiques de la classe. Chacune des actions prend appui sur des pépites pédagogiques réalisées par un ou deux enseignants, pour lesquelles des effets positifs dans les apprentissages ont pu être observés.Tout au long du projet des classes, des disciplines, des établissements peuvent y être associés. Les ressources numériques produites (un parcours de formation Magistère par exemple), développées (le module d’évaluation bienveillante), achetées (l’outil de Mindpapping,…) pourront être utilisées de façon durable par les équipes enseignantes. Les productions pédagogiques et également les réalisations des élèves seront disponibles et téléchargeables sur le site du projetL’implication de l’ESPE, Ecole Supérieure du Professorat et de l’Education, apporte la dimension universitaire.La durée du projet, 36 mois, permet d’intégrer le lancement, la mise en œuvre des expérimentations et les premières analyses de résultats sur les cohortes de jeunes. Dans le cadre des usages du numérique dans l’éducation notamment, les collectivités territoriales, la Région Grand Est, les conseils départementaux de Meuse, de Meurthe et Moselle, de Moselle, des Vosges sont associés au projet. Co-financé par l’Union Européenne le projet est géré administrativement et financièrement par le GIP-DAFCO de l’Académie de Nancy Metz.

 

19.Apprendre à rebondir – La résilience ordinaire

Ecole Active Bilingue Jeannine Manuel (Collège privé), 70 rue du Théâtre , 75015 Paris

Stress et anxiété à l’école ne sont pas une fatalité. Les compétences du bien-être s’apprennent, quelle bonne nouvelle ! Contrôler ses réactions, surmonter les obstacles du quotidien, rebondir après les difficultés, c’est possible ! Un établissement parisien expérimente en classe de cinquième, le programme de résilience SPARC, Apprendre à rebondir. SPARC (Situation, Perception, Affect, Réaction, Conséquence) est une adaptation d’un programme original anglais écrit par deux psychologues Ilona Boniwell et Lucy Ryan, intitulé SPARK Resilience Program. Il a été transformé et enrichi grâce au travail d’Ilona Boniwell et Laure Reynaud ; il enseigne de manière simple et ludique les conséquences de la perception que chacun peut avoir d’une situation de la vie ordinaire. Il procure aux collégiens un éventail d’outils et de solutions pour apprendre à garder le contrôle, à gérer leurs émotions et à bâtir leur résilience sur le long terme en puisant dans leurs ressources. L’interdisciplinarité du programme est une de ses forces et c’est ce qui lui donne du sens en favorisant la pédagogie par projets, permettant ainsi d’éliminer le problème du temps. Chacune des douze leçons contient un plan avec les objectifs d’apprentissage, les ressources disponibles, un aperçu des activités, une méthode pédagogique recommandée et une estimation du temps pour chaque activité et des éléments pertinents inspirés de la recherche. Outre les ressources disponibles pour l’enseignant, un cahier d’exercices est destiné aux élèves et contient les tâches à accomplir en cours et à la maison. Ces leçons sont enseignées une fois tous les 15 jours par le professeur principal, pendant les heures de vie de classe. Elles peuvent aussi être mises en place pendant les heures d’AP ou d’EPI (« Corps, santé, bien-être et sécurité »).

20. Un nouveau geste professionnel de l’enseignant pour accompagner la réussite de tous les élèves

Collège Louis Pergaud, 55160 Fresnes-en-Woevre, , académie de Nancy-Metz

Certaines pratiques dans la classe peuvent générer un décrochage cognitif qui empêchent l’élève de s’engager dans ses apprentissages ; cela n’est pas toujours perçu ou visible.Un ajustement du geste professionnel serait-il le levier permettant d’accompagner une meilleure réussite de tous les élèves ? Il s’agit de permettre aux enseignants de produire un retour réflexif sur leurs pratique. Le groupe de pairs observe, est observé et envisage une modification, un amendement, un « travailler autrement ». En annualisant les emplois du temps des enseignants, une certaine souplesse d’organisation laisse entrevoir une optimisation du fonctionnement des temps d’accompagnement personnalisé .Les enseignants d’EPS travaillant déjà beaucoup sur les postures des élèves deviennent alors la première équipe des « observateurs », avec une grille d’observation et des critères d’analyse définis pour les élèves. À partir de cette analyse, un temps de réflexion est engagé avec l’équipe référente (enseignants d’EPS, CPE, infirmière et Principale) : comment l’élève modifie ses postures et son attention selon son emploi du temps quotidien / hebdomadaire, selon la discipline, l’enseignant, le moment etc. À terme, des élèves s’engagent sur la voie de la réussite grâce à un geste professionnel de l’enseignant qui permet cette réussite ; cela s’accompagne d’une adaptation des instances aux nouvelles modalités d’apprentissage (conseil de classe rénové par exemple).

__________________________________________________________

La réussite scolaire en éducation prioritaire

Avec les REP+, l’éducation prioritaire s’est dotée de moyens importants en termes de concertation pour les équipes et d’accompagnement des réseaux ; les enseignants expérimentent pratiques et dispositifs pédagogiques propres à soutenir les apprentissages de tous et permettre une réussite plus affirmée dans les milieux défavorisés.

 

21. Organisation pédagogique et éducative du temps scolaire : intensifier le rôle et la place des parents, développer le tutorat entre pairs

Ecole élémentaire Liandon, 03300 Cusset, académie de Clermont-Ferrand

Dans une école de 14 classes dont une classe ULIS-Ecole en Réseau d’Education Prioritaire, des enseignants travaillent ensemble pour l’élaboration de séances au service des langages. Ils imaginent et mettent en place, en concertation entr’eux, après observations, mais aussi en réponse à la demande de parents démunis, des parcours particuliers pour des élèves en difficulté. Pour toute l’équipe de l’école, diversifier les pratiques et varier les organisations sont des réponses à expérimenter pour soutenir l’attachement scolaire des jeunes élèves : différents temps de la vie de l’enfant à l’école (période, semaine, journée), inscrire la transdisciplinarité au service de la langue, pratiquer le co-enseignement et installer le tutorat par les pairs. La composition des groupes, ouverts à toutes les classes d’âge ainsi qu’aux élèves à besoins particuliers fait expérimenter une coopération nécessaire.La coéducation permet d’intensifier l’implication des parents. Ce projet, accepté de tous, où adultes et enfants s’engagent, construit une dynamique assurant une meilleure prévention de la violence et de l’échec scolaire. Les élèves apprécient le travail en tutorat, ils effectuent les tâches proposées en pratiquant de véritables échanges, ils en parlent aux élèves des autres classes.Les enseignants s’impliquent de plus en plus, l’adhésion des parents et des élèves à ce projet les encourage et les amène à imaginer des modalités d’action au plus près des besoins des élèves et de leur famille. Les parents adhèrent aux actions, ils sont de plus en plus nombreux à participer à celles-ci. Cette nouvelle organisation est fondée sur la réorganisation des groupes d’apprentissage sur les différents temps de la journée de l’enfant. II fédère tous les acteurs, les enseignants, les élèves, les parents. Cela engendre une véritable communication entre tous.

22. Faire vivre le cycle 3: classes à double niveau Cm2/6ème

Collège Lucie Aubrac, 93430 Villetaneuse, académie de Créteil

Le nouveau cycle 3 plonge les classes de CM2 et de 6ème au cœur de la transition école – collège.Comment rendre cette transition plus douce ? Comment permettre aux élèves de CM de préparer aumieux leur entrée au collège du point de vue des apprentissages mais aussi de l’adaptation à un rythme plus soutenu, à une liberté de déplacements plus vaste, à une multitude de référents, … ? Et comment permettre aux élèves de 6ème d’acquérir les objectifs fixés en fin de cycle sans que ceux-ci soient complètement déconnectés des pratiques qui ont précédé les deux années précédentes.Ce nouveau cycle, charnière entre l’école et le collège, doit permettre aux élèves d’école élémentaire d’appréhender de façon plus douce et efficace cette transition et doit permettre aux élèves de 6ème d’avoir une année supplémentaire pour acquérir les objectifs fixés par ce nouveau cycle de trois ans.

Le  collège accueille  une classe de CM2 au collège sur deux classes de sixième afin de mettre en œuvre deux classes à double niveau : les élèves de CM2 et de 6ème partagent les mêmes enseignants (professeur des écoles et professeurs du collège) dans les mêmes matières, dans le respect des contenus d’enseignement (programmes officiels) et des temps d’enseignement (grille horaire règlementaire). La qualité du travail s’améliore dans les classes de CM2-6eme et en même temps que le développement des compétences professionnelles des enseignants du fait de l’échange de pratiques premier et second degré .

 

23. Création d’un F.O.R.U.M.: Familles, Ouverture, Réussite, Unité de la Maternelle Blanchot

Ecole maternelle René Blanchot, 87100 Limoges, académie de Limoges

L’histoire de notre école, la maternelle René Blanchot, est celle d’un partage, d’un partage avec les familles de la cité de la Bastide. C’est au pied des barres d’immeubles et au cœur de la cité qu’est né notre projet. Nous voulions inciter les familles à entrer dans l’école , favoriser les interactions et de fait, valoriser parents et enfants.En réinvestissant notre patio, centre de notre école, en véritable lieu de vie et de partage(s), l’équipe a impulsé le dialogue et dynamisé la mixité sociale. Ce patio est devenu alors espace d’échange(s), passage symbolique de la cité vers la Cité, véritable structure fédératrice du quartier, redonnant tout son sens au mot FORUM.

L’acronyme FORUM résume à lui seul l’ esprit du projet d’équipe de l’école maternelle René Blanchot :F: familles. La création d’un F.O.R.U.M. lors de la semaine de l’école maternelle a rencontré l’adhésion de tous, où chacun a pu participer selon ses goûts, sa personnalité et ses envies. Plus de 85% des familles ont participé à au moins un atelier. .O: ouverture. Les mamans ne se voyaient que très peu car cela n’est pas forcément autorisé et elles ont mille tâches de la vie quotidienne à gérer tout en s’occupant des petits non encore scolarisés… Créer un espace au sein de l’école, où les familles peuvent se rencontrer et, ensemble, le transformer en F.O.R.U.M. est un enjeu majeur. Il légitime la place des mamans aux yeux de la famille et crée un espace de libre discussion. En effet, leur place dans ce lieu n’est pas réfutable puisque les parents font partie intégrante de la communauté éducative et que pour eux, l’école c’est important ! R: réussite. Cette semaine qui était une étape tremplin au développement encore plus large l’année suivante de ce projet a tenu toutes ses promesses et ne fait que renforcer la volonté de créer ce F.O.R.U.M. U: unité. Cette semaine a permis de fédérer la communauté éducative de l’école maternelle Blanchot et de lui créer une identité. Pendant cette semaine, il n’y a eu aucun heurt, chacun a participé quelle que soit sa communauté, parfois ensemble, parfois à côté, mais toujours dans le respect de l’autre… et cela perdure..M: maternelle Blanchot.

 

24. Coopérer entre élèves, collaborer entre adultes solidaires en éducation prioritaire

Cinq équipes de premier degré, engagées dans le développement de pratiques de coopération entre élèves et entre adultes, en lien avec le référentiel de l’éducation prioritaire, ont été accompagnées dans la production de ressources à destination du site national de l’éducation prioritaire : https://www.reseau-canope.fr/education-prioritaire/accueil.html. Le cadre et les outils de travail proposés aux équipes pour élaborer ces ressources les ont encouragées à faire évoluer les contenus mutualisables pour les engager dans le partage de leurs démarches professionnelles, faites d’hypothèses, de tâtonnements, d’évolutions, d’ essais et d’erreurs… Pour mener à bien le travail d’écriture et d’éditorialisation, chaque équipe a été accompagnée par un binôme d’accompagnateurs issus du réseau Canopé, par un formateur spécialiste de l’écriture professionnelle, et par l’atelier Canopé de Nancy. Ce travail d’écriture ainsi que le regroupement périodique des cinq équipes ont permis une posture professionnelle réflexive faisant émerger des questions inattendues et/ou des hypothèses interprétatives. Sylvain Connac, enseignant chercheur à l’université Paul-Valéry de Montpellier a accompagné à distance chacune des équipes dans leur réflexion et pratique professionnelles sur toute la durée du projet.

25. Ecrire ensemble à l’heure du numérique en REP+ : les Oulimpiades, un projet d’écriture collaboratif et citoyen pour l’avenir

Collège La Marquisanne, 83200 Toulon, académie de Nice

Résumé : Ce projet d’écriture collaborative vise à faire partager les productions écrites et orales de dix classes, engagées dans une action fédératrice et citoyenne, sur un mur numérique « Padlet ». Par le biais de textes à contraintes (Oulipo) et de leur mise en voix, l’équipe pédagogique du cycle 3 travaille,en inter-degré, dans le but commun de dépasser les appréhensions des élèves devant la tâche écrite et valoriser l’estime de soi. Cette démarche innovatrice devant les difficultés que pose la langue de l’Ecole a pour but de lutter contre le décrochage scolaire en cultivant chez l’élève le goût de l’écriture et de la lecture.L’équipe volontaire, composée de neuf enseignants (deux classes de CM1, quatre classes de CM2, quatre classes de Sixième), encadrée par un professeur supplémentaire, formatrice dans le cadre de la maîtrise de la langue, a mené une réflexion sur les compétences développées lors de la production d’écrits créatifs et sur le plaisir d’écrire ensemble, en développant chez les écrivants des habiletés dans 4 opérations : les ajouts, les suppressions, les substitutions et les déplacements. Ceci par le jeu, la poésie et l’humour. L’élève va à la rencontre d’un texte « souche », intègre une consigne qui lui permet de le transformer, de se l’approprier et créer un autre récit. La contrainte est alors source et condition de libération, d’exigence et de maîtrise. La présentation sous un aspect ludique – des défis d’écriture sont lancés entre 10 classes de cycle 3 à l’aide de supports numériques sur Padlet – permet d’envisager une approche et une pratique différentes des activités de structuration : grammaire, orthographe, vocabulaire. Les textes produits mis en voix sont diffusés également sur la radio locale toulonnaise Radio Active 100.FM (7000 auditeurs par jour) dans l’émission Paroles d’écoles. La diffusion de l’émission touche non seulement les parents des élèves engagés dans l’action mais aussi des anonymes de l’aire toulonnaise.

Ce dispositif accroit la motivation des élèves à entrer dans la littérature et prévient le décrochage scolaire. L’écart entre les pratiques langagières des élèves et la langue proposée à l’école est quelquefois un écueil pour rentrer dans les apprentissages. Les sensibiliser à la fonction poétique de la langue en les laissant créer, en leur permettant de tester l’effet produit sur leur lecteur ou auditeur, permet de dépasser les appréhensions devant une langue considérée comme « difficile ». La mise en lien des apprentissages souvent cloisonnés favorise un engagement individuel et collectif dans un projet commun. Les enseignants proposent des situations d’apprentissage exigeantes et toujours valorisantes pour l’élève afin de favoriser son bien-être scolaire, l’estime de soi.

_______________________________________________________________

Les écoles et établissements innovants

L’innovation est d’autant plus durable qu’elle s’inscrit dans l’action systémique au niveau de l’école et de l’établissement ; c’est aussi vrai dans le pilotage au niveau d’un réseau ou d’une académie. L’innovation est devenue une stratégie politique pour favoriser l’évolution des pratiques en requérant l’intelligence des professionnels et la capacité d’apprendre des organisations.

 

22. Organiser les espaces de l’école pour varier les modalités d’apprentissage

Ecole primaire jean Macé, 85450 Champagne les Marais, académie de Nantes

La coopération entre des tous petits, encore peu sûrs d’eux, et des élèves, plus aguerris, de moyenne et grande sections est une des clés de la réussite. les plus petits, par imitation, acquièrent de nouvelles compétences, en même temps qu’ils développent leur langage… Et de la même façon les plus grands développent leur sens des responsabilités et se voient dans l’obligation de reformuler leurs acquis pour les transmettre, sous le regard vigilant et attentif de l’adulte qui peut répondre à la demande d’aide et aux besoins individuels de chacun. . A cette fin, une nouvelle organisation de l’espace et du temps a été mise en place afin de développer l’autonomie et l’entraide entre les enfants, tout en répondant aux exigences des nouveaux programmes de l’école maternelle, qui soulignent la place du jeu au cœur des apprentissages. L’équipe a aménagé les salles en fonction des activités calmes ou bruyantes, autonomes ou encadrées, où les élèves peuvent librement se déplacer en fonction de leurs besoins et de leurs envies (notamment le besoin de mouvement pour les plus jeunes), en rationnalisant les aménagements, en mutualisant les ressources. . coins jeux d’imitation, coins jeux de construction (souvent bruyants) et tables pour ceux des ateliers pédagogiques plus dirigés ou activités autonomes qui demandent concentration et calme de la part des enfants et des enseignantes. Cette nouvelle organisation du travail et des espaces permet de dégager des moments « privilégiés », où l’enseignante prend en charge de petits groupes pour des apprentissages clairement ciblés (langage, découverte d’un nouveau matériel, résolution de problème, séances de motricité) …mais ce sont aussi des moments plaisants de relation « maître/élèves » que l’enfant accepte et vit comme un moment attendu, et qui peuvent donc aussi relever de l’esprit de complicité du jeu.

23. Un « maker space » en collège : innover et collaborer autour du numérique

Collège Alexandre Varenne, 63700 Saint-Eloy-les-Mines, , académie de Clermont-Ferrand

Dans un collège, rural, des enseignants ont engagé leurs élèves dans de nouvelles voies à explorer : prenant appui sur le ssucès du club l’informatique et des technologies, le Club Geek, pour développer leur curiosité vis à vis du numérique, l’équipe a généralisé le concept à l’échelle de l’établissement en créant le maker space « La Machinerie d’Alex », lieu de création, fabrication, réparation où chacun pourrait imaginer et mener à bien un projet en ayant accès à du matériel, un espace dédié et aux compétences d’autrui. Chacun y partage ses connaissances et savoir-faire, devient tour à tour apprenant et formateur, et peut s’investir dans des projets en lien avec les sciences, la technologie ou le numérique, à travers une vraie démarche entrepreneuriale et solidaire. Chaque élève peut avoipr accès à des outils performants et trouve sa place quel que soit son profil, son origine sociale et ses besoins, en déconstruisant les stéréotypes encore intériorisés par la société.

28. Le nouveau lycée Germaine Tillion, au Bourget : une expérimentation systémique

Lycée Germaine Tillion, 93350 Le Bourget, académie de Créteil

Le lycée Germaine Tillion est un établissement, récent, de secteur entièrement expérimental, situé au nord de la Seine Saint-Denis, qui accueille 650 élèves en filières générales et technologiques, ainsi qu’un Microlycée. Il propose aux élèves une offre scolaire cohérente et unifiée, pour favoriser un climat de travail rassurant et exigeant : l’interdisciplinarité y est présente à tous les niveaux, les pratiques d’évaluation y sont constructives et bienveillantes, le suivi des élèves y est individualisé. La prise en charge globale de l’élève et un accompagnement pluriel des élèves- entraine un réel sentiment d’appartenance au lycée ; le climat scolaire est apaisé : peu d’incivilités et peu de sanctions ; la cohérence entre discours et pratiques des enseignants est servie par la concertation hebdomadaire. L’établissement se veut une organisation apprenante pour tous-qualité du dialogue avec les familles et les élèves. Le travail en équipe n’est pas un vœu pieux : chaque semaine, l’intégralité des enseignants se réunit, sur leur temps de service, pour une concertation entre pairs, véritable « poumon » de l’établissement. Le lycée, qui se veut un lieu de co-formation et d’échanges de pratiques, implique une réflexivité permanente des personnels.

29. Un collège qui apprend Collège Louis Timbal, 87290 Châteauponsac, académie de Limoges

Louis TIMBAL est « un collège qui apprend » à accueillir et à faire travailler des élèves qui ont des profils, des cadres familiaux, sociaux aussi différents qu’ils sont nombreux. Le public évolue, le travail enseignant également. Aussi, l’estime de soi, le bien-être, le sentiment d’appartenance, la bonne connaissance de soi, de ses qualités personnelles et cognitives sont au cœur d’une philosophie qui touche autant les élèves que les personnels. C’est une démarche qui s’appuie sur le bons sens, la bonne volonté mais aussi sur la bonne humeur.La NOUVELLE ETUDE est un dispositif qui permet réellement d’optimiser les temps d’étude, notamment en zone rurale avec des élèves «captifs », tout en valorisant le travail des AED. Elle nécessite évidemment de repenser l’aménagement de la salle et la gestion des élèves. Un travail innovant important a été engagé avec comme démarche emblématique la création d’un Conseil de la Vie Collégienne (CVC). En quatre ans, le CVC est devenu une instance connue, reconnue et désormais pilier de la culture citoyenne de l’établissement. Les élèves du CVC proposent un programme sur l’année (présenté au Conseil d’administration) et en animent les actions suivantes : les Journées de l’Engagement, Le Noël de Timbal, le Carnaval, les Timbal Days, la Timbal party, les Olympiades, les Portes Ouvertes, la ligne de tee-shirt et sweat shirt. Ils participent à l’écriture et à la révision de la charte des Timbaliennes et des Timbaliens. Les élèves du CVC siègent à la commission menus, représentent le collège à l’extérieur (commémorations, au Conseil départemental, cérémonies au rectorat, etc). Ils sont également la « vitrine » de l’établissement en créant chaque année une carte qui est la carte de vœux officielle de Louis Timbal. L’action du CVC participe pleinement de cette recherche de bien-être des élèves au collège et par ricochet de leur engagement dans leur métier de collégien. L’action du CVC est donc totalement complémentaire de la RENTREE POSITIVE et des dispositifs qui y sont rattachés.

30. Différents dans nos voies, rassemblés par nos voix : le lycée Françoise, une petite république

lycee polyvalent Marie Louise Dissard Françoise, 31170 Tournefeuille, académie de Toulouse

Fort d’un projet d’établissement qui fait sens pour toute la communauté et au-delà des disciplines purement scolaires où les élèves d’un lycée polyvalent pourraient ne jamais se rencontrer, la réussite est d’innover et d’expérimenter sur des temps long et créatifs (semaine en résidence), d’oser décaler l’emploi du temps ou la sonnerie, en somme tout ce qui rythme la vie scolaire ordinaire.La réussite est que les élèves verbalisent qu’ils sont «importants » qu’ils comptent au sein de leur lycée et qu’ils se sentent re-connus. Le projet «Art CultureS et Citoyenneté» est l’ADN de l’établissement. Et les trois voies de formation générale, technologique et professionnelle sont une richesse pour faire en sorte que la mixité sociale et scolaire soit un atout au lycée Françoise. Elèves et adultes se rassemblent sur des projets culturels lors de semaines en résidences d’artistes ; ces projets sont un formidable levier de réussite et d’apprentissage pour tous les élèves.

__________________________________________________________________________

Les innovations hors TOP 30

Quelques établissements ou dispositifs ont été plusieurs fois remarqués non seulement dans plusieurs des domaines d’innovation, mais aussi dans la durée, sur deux ou trois ans ; les équipes témoignent d’une inventivité et d’un développement professionnel exceptionnel ; ils sont retenus ici, sans participer au classement du TOP 30. Les équipes seront invitées à la Journée nationale.

31. Favoriser la réussite et le bien-être des élèves en développant les partenariats extérieurs dans les projets pédagogiques.

Collège Paul Langevin, 87205 Saint-Junien cedex , académie de Limoges

C’est un petit collège mais aux projets multiples .C’est un petit collège mais aux partenaires réunis. C’est un petit collège mais aux possibilités infinies. Au fil des années et des projets s’est dessinée une équipe nouvelle, accueillant en son sein des auteurs, artistes et acteurs de la cité, réunis par une volonté: créer l’unité et une place pour chacun. Par cette porte ouverte sur l’extérieur et l’inconnu, les collégiens se sont enrichis de ces rencontres avec leur histoire, leurs mots et leurs apprentissages. Cet élan nouveau les a autorisés à lire en toute lumière notre projet : vivre et créer ensemble. Et c’est ensemble que la communauté scolaire créée un nouveau territoire d’apprentissages. Mettre en place des partenariats n’est pas difficile à effectuer à condition de créer des projets innovants qui favorisent l’épanouissement des élèves, tant au plan personnel, culturel, artistique que scolaire ! Les élèves sont fiers de montrer qu’ils ont des compétences valorisées, ayant pris confiance, voire parfois surpris par leur réussite collective. Les enseignants ont de réels talents d’innovation, incarnés dans des projets et des partenariats qui ont permis à chacun de porter un regard différent sur l’autre qu’il soit élève, enseignant ou partenaire. Des projets « multi-partenariaux » permettent de créer un esprit d’équipe au sein de l’établissement mais aussi plus largement au niveau du territoire. L’insensée utopie » d’une équipe, (aidée et accompagnée par ses nombreux partenaires), l’entraîne à créer le premier salon de littérature jeunesse de la ville et à en poursuivre l’histoire ! Le collège a déjà été lauréat de trois prix de l’innovation sur les deux dernières années.

32. La communauté apprenante (envisager l’EPLE comme un espace-temps collaboratif et créatif)

College International, 93160 Noisy-Le-Grand, académie de Créteil

Le collège a mis en place depuis son ouverture en 2014 un projet expérimental axé sur la bienveillance, l’exigence, le plaisir d’apprendre, l’épanouissement personnel et la confiance en soi. Afin de ne négliger aucune des parties prenantes (équipes, élèves, familles, agents, partenaires extérieurs), l’organisation des moyens alloués chaque année par les autorités académiques a été pensée de façon différente dans une logique systémique en cherchant à donner une matérialité véritable aux principes prônés par les textes officiels en retenant les principes suivants : • Tous les membres de la communauté éducative contribuent à la plus-value de l’établissement • Des moments de dialogues et de réflexion communs sont nécessaires à l’élaboration d’une vision commune autour d’objectifs clairement énoncés et partagés pour la réussite de tous et principalement des élèves • L’établissement a pour mission de faciliter la coopération, l’initiative (individuelle et collective), la créativité et l’autonomie. La mise en œuvre de ces principes de fonctionnement se traduit de la façon suivante : il a été décidé de supprimer les punitions et les sanctions en les substituant par des temps de médiation avec les élèves et les rencontres avec les familles. Il s’agit d’accompagner et de responsabiliser avec bienveillance l’élève et de le rendre acteur et auteur de sa réussite. Chaque difficulté est prise en compte aussitôt et mobilise l’élève, la famille et les personnels compétents. La punition, qui est souvent la première réponse au collège ne parasite plus les relations. La formalisation d’un projet éducatif lisible et clair est le premier outil. L’utilisation systématique des temps de concertation (conseil pédagogique, vie de classe, conseil-entretien avec les parents, conseil des délégués, réunion avec les représentants des parents d’élèves, assemblée générale des élèves…) a permis d’élaborer progressivement et de façon concertée les axes de ce projet.

33. Debate study : expérimenter le débat parlementaire à la façon d’une Lesson study

Lycée général Claude Fauriel, 42007 Saint-Etienne cedex 1, académie de Lyon 

Un collectif de travail interdisciplinaire, constitué de sept enseignants, de deux IA-IPR de disciplines différentes, et d’une conseillère en développement de la Cardie, participe à une expérimentation des débats de type « parlementaire » avec des lycéens et des étudiants de classes préparatoire. Un débat « parlementaire » met en scène l’affrontement de deux équipes autour d’une décision à prendre sous forme d’un vote. Il s’agit d’argumenter pour convaincre, d’utiliser toutes les ressources de l’art oratoire et de la communication non verbale pour l’emporter. L’objectif de l’expérimentation est double : du côté des élèves il s’agit de développer leurs compétences dans une perspective de continuum -3/+3 (parler en public et collaborer au sein d’une équipe pour convaincre, argumenter en mobilisant des connaissances), du côté du collectif il s’agit de mieux identifier comment mettre en oeuvre de tel débat dans la classe et de soutenir le développement des compétences professionnelles des enseignants (évaluer les progrès et les acquisitions des élèves ; coopérer au sein d’une équipe ; s’engager dans une démarche individuelle et collective de développement professionnel). Menée sur le principe d’une Lesson Study, cette formation-recherche s’appuie sur les expertises partagées au sein du collectif. Elle articule des temps d’analyse et de préparation, avec des temps d’observation de mise en œuvre en classe.

34. « En piste » vers l’autonomie, la motivation et la responsabilisation de tous les élèves

Collège Louis Philippe, 76260 Eu, académie de Rouen

Depuis 2011, le Projet «PISTES» développe et promeut une pédagogie innovante, reposant sur la RESPONSABILISATION de chaque élève face aux compétences et au bien vivre-ensemble en classe. En fonction de sa confiance en lui, ses forces et ses besoins, il choisit en AUTONOMIE des parcours différenciés responsabilisants, appelés « PISTES » (Vertes, Rouges, Noires). Seul ou en groupe, en activité orale ou écrite et en évaluation, les élèves utilisent les « Pistes » et s’évaluent en permanence pour acquérir à leur rythme leurs compétences. Les « Pistes » motivent et stimulent TOUS les élèves, qui s’entraident au sein d’une classe hétérogène, dynamique et solidaire. Collaboratif et appropriable aisément, cet outil innovant de pédagogie différenciée est interdisciplinaire et intercycle. Il facilite un accompagnement personnalisé quotidien, la persévérance scolaire et une évaluation adaptée à la diversité, pour l’enseignant devenu chef d’orchestre.En se sentant motivés et stimulés par la démarche différenciée et interdisciplinaire du « choix éclairé de leurs Pistes », tous les élèves sont autonomes et actifs lors de leur travail permanent par compétences clairement identifiées. Ils progressent dans leur acquisition et leur maîtrise de celles-ci grâce au respect de leur rythme d’apprentissage et par une autoévaluation quotidienne. Les «Pistes» constituent ainsi un outil pédagogique et d’(auto)évaluation différenciées responsabilisant, qui réussit à rendre l’élève acteur dans son travail et le responsabilise dans son implication scolaire. Il permet un accompagnement personnalisé quotidien et continu sur l’année ! Cette approche du Projet «Pistes» facilite une gestion adaptée à la diversité des élèves, tout en favorisant l’autonomie. De plus, elle contribue à une dynamique collective et solidaire tant au sein de la classe que dans l’équipe enseignante engagée dans la différenciation sous toutes ses formes. L’enseignant devient un «chef d’orchestre» plus disponible pour accompagner et conseiller ses élèves (notamment ceux rencontrant plus de difficultés tels que les troubles DYS).

Le « Projet PISTES » est facilement applicable dans tous les établissements, quels que soient le cycle et la discipline. De nombreux enseignants de disciplines variées ont pu bénéficier d’un outil facile à s’approprier grâce à une formation disponible sur site ainsi qu’un Padlet numérique collaboratif (mode d’emploi des «Pistes» relié à un lien de partage) et une grille de référence des «Pistes» précise. Il est une alternative intéressante parmi d’autre aux attentes de la Réforme du Collège. Les «Pistes» sont ainsi diffusées et tentées auprès d’un nombre croissant de professeurs en collège, en primaire et en 2017 par des enseignants d’un lycée. La sélection dans le Top 30 national de la Journée de l’innovation 2016 marque ainsi la reconnaissance des «PISTES» et sa plus-value aux équipes qui les utilisent.

35. Futur Classroom Lab

Lycée pilote innovant International, 86130 Jaunay-Clan, académie de Poitiers

Le Lycée Pilote Innovant International est un incubateur de projets et de dispositifs pédagogiques combinés qui visent à proposer une personnalisation des apprentissages aux élèves tout autant que le développement du sens commun. De cette tension entre l’individuel et le collectif, naissent divers dispositifs innovants où travail inter-niveaux, pédagogie de projets, identité numérique, persévérance scolaire, numérique au service de la pédagogie, intégration d’élèves allophones s’entrelacent dans une recherche d’autonomie et de responsabilisation.Le “Future Classroom Lab”, laboratoire pédagogique du LP2I, est un lieu pour essayer, se tromper, s’inspirer et développer sa pédagogie en relation avec tous les autres. Rassemblez une équipe éclectique : des élèves, des enseignants, des personnels de directions, des agents, des parents, des inspecteurs, des chercheurs et d’autres professionnels de l’éducation ;- Proposez leur de s’inspirer de tendances pédagogiques, technologiques, de société ou de partir d’un constat sur l’école et formulez un enjeu transdisciplinaire ;- Co-construisez un scénario pédagogique qui permette à la fois de répondre à cet enjeu et de développer des compétences du 21ème siècle ;- Pensez à l’espace physique qui accueillera ce scénario, aux postures dans lesquels seront mis les élèves et les enseignants ;- Choisissez un espace de votre établissement et pensez-le comme espace d’accueil du scénario, imaginez, dessinez, n’oubliez pas les élèves !- Avec la volonté de la direction, trouvez des financeurs, des partenaires, redirigez, pourquoi pas, des fonds prévus à des actions automatiques ou redondantes qui pourraient être remises en cause ;- Expérimentez, testez l’espace, ouvrez les portes et accueillez les curieux :Vous avez construit un Laboratoire Pédagogique !

Par exemple :

Recherche