Avr 18 2015

« Robotiques et langages » une expérimentation au service des apprentissages »?

Le projet intitulé « Robotique et langages » répond à un nouvel élément du programme de l’école élémentaire (le codage informatique) et consiste à créer une séquence didactisée autour de la robotique et de la programmation. Il s’inscrit dans le cadre de l’éducation prioritaire et de la réduction des écarts de réussite scolaire entre les élèves.

Ce projet, en lien avec la recherche (INRIA de Bordeaux) autour des sciences du numérique, cherche à mettre en évidence la manière dont les enfants appréhendent et intègrent le robot Thymio2. L’objectif poursuivi est de permettre aux élèves de passer « d’utilisateurs du numérique » à « acteurs du numérique » en programmant et en interagissant avec cet objet tangible. La construction chez nos élèves d’une culture citoyenne du numérique est un axe central de notre projet.

11 classes de la ville de Floirac, du CP au CM2, participent à cette action (dont une CLIS 1 et une maîtresse surnuméraire: dispositif plus de maîtres que de classes).

Ce projet permet une transversalité des compétences travaillées :

1/ La place centrale de la maîtrise de la langue orale et écrite ainsi que la compréhension en lecture des textes abordés (exemple : L’élève doit écrire et traduire en mot le comportement du robot ou bien les lignes de programmation ou encore les difficultés rencontrées lors des défis proposés). On remarque l’importance des interactions langagières

2/ Le développement du raisonnement hypothético-déductif (mathématiques) avec des structures logiques du type « Si…alors » (exemple : Si le robot capte quelque chose à droite alors il devra aller à gauche parce que sinon il va toucher l’obstacle).

3/ Le travail autour de la démarche d’investigation (sciences et technologie) avec des procédures de tâtonnement (essais-erreurs). (Exemple : J’écris une ligne de code dans laquelle je demande à mon robot d’avancer tout droit quand j’appuie sur le bouton central et rien ne se passe ; je reprends mon code et j’essaye de trouver ce qui n’a pas fonctionné et pourquoi).

4/ Les sciences du numérique avec la création d’algorithmes (utilisation du logiciel ASEBA ou SCRATCH) qui permet de coder par une programmation visuelle de type action-évènement.

La formation est assurée conjointement par un enseignant chercheur de l’INRIA (Didier Roy) et un chargé de mission départemental sciences et technologie (Emmanuel Page).

Une rencontre des classes, prévue fin juin 2015, intitulée « Semaine de la robotique » à Côté Sciences ( Floirac), permettra aux élèves de présenter une production autour du Thymio2 et de résoudre un défi de programmation (adaptée au cycle 2 et 3).

1 Commentaire

  1. N’hésitez pas à nous joindre pour en savoir plus sur cette action

Les commentaires sont désactivés.