Fluence

Parce qu’un élève qui décode péniblement, qui ne reconnait pas immédiatement des mots courants, qui marque des pauses inappropriées, … est un élève qui accèdera difficilement au sens de ce qu’il lit. La fluence est un des facteurs de la compréhension en lecture ; l’autre étant la compréhension orale.

Maryse Bianco, enseignante-chercheuse à l’université de Grenoble-Alpes, a donné une conférence dans le cadre d’une CANOTECH sur l’apprentissage d’une lecture experte. Son intervention intitulée « Quelle fluence pour quel élève, à travers quelles activités ?  » est disponible ici.

Elle y définit trois types de fluence qu’il est nécessaire d’identifier pour proposer le bon enseignement et les bons entrainements en fonction des besoins des élèves :

la fluence de décodage qui traduit le niveau de maitrise des relations graphophonémiques

la fluence de reconnaissance des mots qui correspond à l’identification immédiate des mots précédemment travaillés et adressés orthographiquement

la fluence de lecture en contexte qui permet de lire au rythme de la parole

L’académie de La Réunion a édité un Vademecum suite à l’intervention de Maryse Bianco dans le cadre du Plan Français. Retrouvez ci-après le sketchnotes et le Vademecum :

Enseigner la fluence

Parcours de formation proposé aux enseignants de cycle 2 – 2021-2022 (version complète avec vidéos de classe sur l’espace m@gistère).

Parcours de formation proposé aux enseignants de cycle 3 – 2021-2022 (version complète avec vidéos de classe sur l’espace m@gistère). En 3 parties.

Dans sa conférence, Maryse Bianco présente un outil pour aider à définir le profil des élèves en fluence qui tient compte à la fois du décodage, de la vitesse, du phrasé et de l’expression : l’échelle multidimensionnelle de fluence