Jeu à tester : « Qui suis-je ? » – CP à CM2

Le jeu consiste à trouver un nombre, parmi d’autres, sur une planche (feuille A4 plastifiée) à partir d’indices. Il a pour objectif de favoriser la représentation des nombres et du système décimal chez les élèves.

Il est constitué de deux planches par élève (ou binôme) : une planche de nombres en écriture chiffrée, une planche de ces mêmes nombres en représentation analogique. On utilise soit l’une de ses planches soit les deux. 

Nous vous proposons ces planches et ces indices afin que vous puissiez les tester si vous le souhaitez. Si des classes y trouvent un intérêt, vos retours nous serons essentiels (par mail à roland.mariano@ac-bordeaux.fr, CPD Math) . Nous pourrons alors ajuster ces propositions selon vos remarques et proposer de nouveaux indices. Nous nous demandons notamment :

  • Les élèves s’approprient-ils facilement l’outil ?
  • Le jeu suscite-t-il suffisamment d’engagement ?
  • Les élèves entraînent-ils leurs compétences en numération avec ce support ? Permet-il des verbalisations intéressantes ?
  • La mise en œuvre est-elle assez légère pour en faire une activité fréquente ?

Il y a pour l’instant 6 paires de planches. Elles concernent les nombres entiers jusqu’à 10 000. Pour les nombres plus grands, le représentations analogiques deviennent délicates à construire, l’écriture chiffrée est plus simple et efficace. Des planches plus spécifiques aux CM, concernant les fractions et les nombres décimaux, sont en cours d’élaboration.

Si vous êtes intéressé par ce matériel, il est présenté et téléchargeable ci-dessous. 

Les planches

Télécharger : Planche 1 Planche 2
Télécharger : Planche 3 Planche 4
Télécharger : Planche 5 Planche 6

Activités d’appropriation

Le but de ses activités est, d’une part, de vérifier la compréhension des représentations analogiques par les élèves et, d’autre part, de s’entraîner au repérage à l’aide des intitulés des colonnes et des lignes. Selon les classes, elles seront plus ou moins utiles.

Où suis-je ?

Les élèves dispose des planches avec les écritures chiffrées.

  • Un animateur du jeu annonce un nombre.
  • Les élèves cherche le nombre puis le nom de sa case.

Si besoin, on précise la méthode pour coder la place d’une case.

On peut mener cette activité avec la planche des représentations analogiques dans un second temps.

Qui connaît mon nom ?

Les élèves dispose des planches avec les représentations analogiques.

  • Un animateur du jeu annonce une case.
  • Les élèves cherchent la case et le nom du nombre.
  • Ceux qui ont trouvé la case lèvent la main.
  • Si certains ne lèvent pas la main, un élève explique comment il a trouvé la case (sur VPI si possible)
  • Ceux qui savent nommer le nombre lèvent la main.
  • Si certains ne lèvent pas la main, un élève explique comment le nommer mais avec une contrainte : ne pas dire le nom des chiffres, afin d’éviter qu’il donne simplement la réponse. (« Tu comptes le nombre de milliers. » « Il y en a … »  « Oui, tu dis « mille » après. Combien il y a de centaines seules ? »  « Il y en a …. »  « Oui, tu dis « cent » après. » …)

On peut mener cette activité avec la planche des écritures chiffrées dans un second temps.

Trouve les chiffres, trouve le nombre :

Les élèves disposent des représentations et ils doivent compléter l’autre planche avec les écritures chiffrées.

On peut mener l’activité en binôme :

  • un élève dispose de la planche des représentations analogiques, l’émetteur, l’autre la planche vide, le récepteur.
  • L’émetteur choisit une case et dit le nombre représenté au récepteur qui l’écrit en chiffre dans la même case.
  • Emetteur et récepteur valident l’écrit puis échange leur rôle. Etc…
  • La planche complétée est validée par la planche modèle.

Le jeu du « Qui suis-je ? »

Principe général :

Les élèves disposent soit de la planche avec les représentations analogiques, soit de celle avec les écritures chiffrées, soit des deux. Ils ont également 4 feutres effaçables (noir, rouge, vert et bleu). Les indices sont donnés un par un. Pour chaque indice, les élèves vont devoir barrer les nombres qui ne valident pas l’indice. Ils utilisent pour cela le feutre effaçable de la couleur de l’indice… Ce code couleur pourra aider à contrôler visuellement le travail de chacun, indice par indice.

Les indices sont présentés pour un affichage sur VPI (affichage un par un ou tous ensembles possible).

Variables possibles pour la mise en œuvre :

  • Mise en commun et validation après chaque indice OU après 2 indices OU à la fin uniquement
  • Individuel OU binômes hétérogènes pour tutorat :
    • Tuteur (« le parleur ») : il n’a pas la planche ni les stylos. Tutoré (« l’écrivain ») : il a la planche et les feutres.
    • Parleur : Il traduit l’indice « négatif » en indice « positif », il explicite le vocabulaire : exemples :

« Je suis supérieur à 10 »

  • Explicitation du vocabulaire : Le nombre qu’on cherche est supérieur à 10, ça veut dire  qu’il est plus grand que 10.
  • Traduction : Tu dois barrer les nombres qui sont plus petits que 10, par exemple 8, et tu dois barrer 10 aussi car 10 n’est pas plus grand que lui-même.

« Mon complément au millier supérieur est supérieur à 500 » 

  • Explicitation du vocabulaire : Le nombre qu’on cherche a un complément au millier supérieur plus grand que 500, ça veut dire  qu’il manque plus que 500 pour atteindre le millier suivant.
  • Traduction : Tu dois barrer les nombres qui sont à moins de 500 du millier suivant, par exemple 6700 (qui est à 300 du millier suivant).

Séries d’indices n°1

Les premières séries d’indices sont assez simples pour permettre de cibler la difficulté de devoir barrer tous les nombres qui ne valident pas l’indice. 

Nous vous conseillons de commencer avec la planche des représentations analogiques.

Séries d’indices n°2

Séries d’indices n°3