La démarche d’investigation

La démarche d’investigation, même à la maison.

1

– Je dois répondre à une question.

Question ?

Toute investigation commence par une question.
On est curieux du monde qui nous entoure.
Nos sens nous aideront peut-être à trouver des réponses
pour comprendre les êtres et les choses.
Pourquoi ? Comment ?

Il faut se poser les bonnes questions !

2.1

– J’émets des hypothèses.

Peut-être a-t-on déjà une idée de la réponse…

En mémorisant des actions – réactions, des observations, depuis notre plus jeune âge, on peut supposer certaines réponses aux questions que l’on se pose. Une fois émises, il reste à vérifier ces hypothèses.

2.2

– Je peux présenter mes hypothèses à d’autres personnes et en discuter.

Nous ne pensons pas tous de manière identique. Il est donc intéressant d’entendre ce que pensent les autres et d’en discuter pour trouver les meilleures réponses. Il ne s’agit pas d’imposer ses idées aux autres, mais de réfléchir ensemble sans imposer son opinion. Ce sont les résultats obtenus qui répondront et donneront une réponse.

3.1

– Je cherche un protocole (faire quelque chose en plusieurs étapes) pour répondre à la question et prouver ce que je dis.

Pour trouver une réponse à la question initiale, il faut choisir une façon d’y répondre. Il faut parfois bien observer, regarder tous les détails, comparer avec quelque chose que l’on connait déjà, agir sur l’objet de notre étude ou faire réagir celui-ci. Il faut parfois créer un modèle, une maquette car l’objet est soit très petit ou très grand. Parfois encore, chercher dans des livres, sur internet, ou demander à quelqu’un d’autre. C’est ce que l’on appelle un protocole, un moyen à mettre en œuvre pour obtenir une réponse. (Observation, expérience, modélisation, documentation, interview, etc.)

3.2

– Je mets en œuvre mon protocole.

J’observe bien tout ce qu’il se passe. Je peux prendre des photos, réaliser des dessins d’observation. Je note tout pour ne rien oublier et pouvoir revenir dessus. Si je n’obtiens pas ce que je pensais au départ (hypothèse), je peux revenir sur chaque étape et chercher à comprendre ce qu’il s’est produit.

4

– Je regarde le résultat obtenu, je le communique aux autres
et je compare les résultats.
Est-ce que j’ai réussi à répondre à la question ?
– si non pourquoi ?

Est-ce que j’ai réussi à répondre à la question ?
Si non pourquoi ? Où y a-t-il un problème ? Une erreur dans ce que j’ai fait ?
Et ceux qui m’entourent, qu’ont-ils trouvé ?
Est-ce différent de ce que j’ai fait ? Et en quoi est-ce différent ? Je ne cherche pas à avoir raison, je cherche à comprendre, à expliquer.

5

– Je regarde la solution donnée dans les livres ou les réponses proposées par des scientifiques.

D’autres personnes avant moi se sont posé la même question. Et lorsque plusieurs personnes peuvent refaire plusieurs fois rigoureusement le même protocole et trouvent toujours la même réponse, on considère que c’est LA réponse attendue.

Mais il arrive parfois qu’en regardant différemment, certaines connaissances évoluent, la science est ouverte à la critique.

Je peux noter le titre du livre et le nom de l’auteur, l’adresse du site internet, pour les retrouver plus tard ou les communiquer à d’autres personnes

6

– Je note ce que j’ai appris.

Je termine en notant ce que j’ai obtenu et je le retiens pour ne plus me reposer indéfiniment les mêmes questions, refaire les mêmes erreurs ou dire des choses qui ne correspondent pas à la réalité.

Ma démarche d’investigation (format .doc)


Ma démarche d’investigation (format .pdf)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir également les vidéos de la Main à la pâte :
La démarche d’investigation
Le cahier de sciences

Page de ce site :
Le dessin d’observation

 

Leave a comment